Fille ou garçon? Le non-choix

Ce matin, je suis allée à la boulangerie aller chercher mon pain. Quelques minutes de blabla pour passer le temps « il fait froid » « foutus travaux dans la rue » ah bah tant qu’ils ont fini avant que j’accouche, moi ça me va… » ; rien de bien exceptionnel.

– « Et qu’est-ce que c’est au fait? »
– « Un garçon! »
– « Et vous avez…? »
– « Deux garçons, ça me fera trois petits mecs! »
– « Oh bah mince alors… »

wtf***

Elle avait l’air tellement désolée pour moi, que je n’ai même pas réussi à m’énerver. Son visage, son regard de ce moment précis resteront gravés dans ma tête, tellement sa réaction m’a laissé pantoise.

Que ce soit pour un premier, un deuxième ou un 6ème enfant, on nous demande toujours ce qu’on voudrait, préfèrerait etc…

Mais les gens sont trop marrants: je vous rappelle qu’on ne peut pas choisir! ALLO?!?

Et puis si ce n’est pas ce qu’on veut, on en fait quoi? On le jette et on réessaye?

La phrase réponse typique restera « je m’en fiche, tant qu’il est en bonne santé ».

Et c’est vrai. Parce que même si au final, on est de ces personnes qui ont un bébé du sexe opposé à ce qu’on aurait voulu, on sera forcément heureux de ce qu’on aura. J’aime mes enfants pour ce qu’ils sont, pas pour ce qu’ils auraient pu ou auraient dû être.

*

Et pourtant, j’étais de celle qui était ferme sur ce non-choix. Pour mon premier, je ne réfléchissais même pas: oui je voulais absolument un garçon. J’ai été inquiète jusqu’à l’échographie du 5ème mois. C’est très profond comme sentiment mais je n’ai pas honte de le dire. Pourquoi voulais-je un garçon? Peut être parce que je ne voulais pas une petite « moi », une sorte de transfert de déception vis à vis de la relation que j’ai eu avec ma mère, qui serait bien trop longue à raconter.

J’ai eu un garçon. Oui j’ai été soulagé. C’est peut être horrible à dire mais c’est la vérité.

Tidoux 2 mois*

Pour mon second, je m’étais dit que peut être avoir une fille ce pourrait être sympa. Mais au final, non au fond de moi je voulais encore un garçon.

Pourtant à l’échographie du 5ème mois, le docteur m’annonce sans hésitation que c’était une petite fille. Tout en moi a été chamboulé en quelques secondes.

Mon visage est devenu impassible, mon sourire s’est estompé. J’ai fixé le mur et je me suis sentie comme sortie de mon corps. Je me souviens avoir pensé: « oh j’ai une petite fille dans le ventre, elle a réussi à s’y accrocher. C’est ce que mon inconscient a voulu pour moi; ce qu’il me fallait pour moi… »

Puis j’ai souris à nouveau. En quelques secondes, j’étais prête finalement à avoir une fille. Le pire dans tout ça, j’en étais heureuse.

Puis au fil de l’échographie, le médecin a vu un petit truc comme on dit et a fait son méaculpa en s’excusant de s’être trompé.

Je me suis sentie soulagée en me disant que je n’aurais pas à me poser la question jusqu’à la naissance de savoir si avoir une fille me conviendrait ou pas: c’était encore un garçon.

Un tonneau avec moi, ça vous dit ?

Un tonneau avec moi, ça vous dit ?

***

Pour cette troisième grossesse, les choses étaient un peu différentes. Comme ce sera mon dernier enfant, je m’étais mise dans la tête que ça serait chouette une fille. Mon homme en voudrait bien une lui mais il faudrait qu’elle change de sexe vers 10 ans, pour ne pas avoir à supporter une adolescente… (haha)

Quoi qu’il en soit, après l’expérience échographiesque de mon second, je pensais être prête à avoir une fille. Apparemment pas, puisque mon corps en a décidé autrement. Ce sera un petit mec.

Mais si j’avais eu une fille, je pense que cela aurait été tout pareil: même euphorie, même appréhension, même hâte de la découverte de ce petit être.

Il m’a fallu du temps pour le concevoir, mais si je n’avais pas eu de garçon, je suis certaine que j’aurais adoré avoir des filles. Parce qu’au final, ce sont mes enfants et que je les aime plus que tout au monde.

***

Ce n’est donc pas la peine d’être désolée pour moi!

Trois garçons. Le bonheur!

Quand je vois à quel point mes deux premiers sont adorables, gentils, partageurs, câlin et bisouilleurs, trois tout pareil, moi je dis oui!

Des ptits mecs total love de leur mamoune, moi je kiff vraiment!

bannière tritri

Rendez-vous sur Hellocoton !

7 comments

  1. Marie a écrit:

    (9+ ? = seize … de plus en plus dur :D).

    En tout cas, FELICITATION pour ce 3eme petit gars ! Et je te rejoins totalement … J’ai eu ce genre de discussion avec des collègues qui se félicitaient du « choix du roi » pour un autre collègue ! J’étais outrée qu’on puisse avoir ce genre de pensée !

    3 gars, 3 filles, ou autre, peut importe ! On souhaite avant tout un enfant … alors pourquoi le sexe est si important aux yeux de bcp ? Mystères !

    Marie

    • Maman-Chat a écrit:

      Je pense que les gens ne savent tellement pas quoi dire qu’ils sortent des phrases bateau de ce genre…
      Choix du roi, mais nimp!
      Expression plus que bête en plus, le roi choisissait forcément le garçon pour prendre sa place, pas sa fille ^^

  2. Catwoman a écrit:

    S’il y a bien une chose que l’on ne peut choisir, c’est effectivement le sexe de nos enfants, et heureusement !!!

    Perso, je voulais des filles et j’ai connu leur sexe à la naissance (pour la surprise). J’ai eu les deux et j’adore l’expérience du petit garçon comme de la petite fille. Mais ça me fait rager quand on me parle du choix du roi !!!

    • Maman-Chat a écrit:

      Haha je me demande vraiment comment font les gens comme toi qui arrivent à ne pas vouloir savoir jusqu’à la naissance ^^
      Voilà, c’est une expérience, enrichissante et intéressante que j’aurais voulu connaitre aussi.
      Ou pas.
      J’adore mes petits hommes 🙂

Laisser un commentaire