Boule de câlin #2

Chaque grossesse est singulière, chaque accouchement, chaque enfant. Dès la naissance on voit de suite que le petit bébé qui vient de naître est différent du précédent: les petites oreilles qui n’ont pas la même forme, le nombre de cheveux sur le crâne, la petite bouille, les petites mimines…. On a beau nous le dire et le répéter ou l’avoir lu à de nombreuses reprises, on ne réalise la chose que lorsque l’on a eu moins deux enfants. Même les parents de jumeaux répètent sans arrêt que leurs rejetons ont beau avoir les mêmes gènes, ils ne se ressemblent en rien.

Pour les miens, c’est le cas (le scoop je sais). J’avais pris des habitudes avec Tidoux, perdues au fil du temps et de ses progrès que j’aurais tout naturellement retrouvé avec Tichat. Malheureusement pour moi, ce dernier n’en a pas eu du tout envie.

Je me souviens de longues heures durant lesquelles j’ai bercé mon grand, je l’ai tenu dans mes bras confortablement installés dans un fauteuil, je l’ai moult fois promené pour le calmer ou le soulager et je ne saurais compter le nombre de fois ou celui-ci s’est endormi en boule contre moi. Je le reposais dans son lit délicatement et il se réveillait quasi systématiquement. Au bout d’un temps, je ne me laissais plus faire et il a finalement compris que son lit pouvait aussi être un refuge pour lui: il allait se caler la tête dans un coin.

Tidoux 29/08/2009

Ces longues balades n’ont que trop peu été savourées: c’est quand on perd les choses qu’on se rend compte à quel point elles nous étaient chères… Son petit corps lové contre le mien, au chaud, le visage serein, le souffle fluide; et moi respirant l’odeur douce de ses cheveux, lui déposant mille baisers délicats et lui caressant tendrement le dos… Même encore aujourd’hui, il lui arrive de me réclamer cela; un besoin d’être rassuré.

J’ai tenté maintes fois de calmer Tichat de la même façon, pour les coliques ou les dents mais rien à faire, il ne sait pas trouver le sommeil contre moi. Il préfère son petit lit depuis la sortie de la maternité C’est pourquoi, lorsque je le surprend à se laisser aller contre moi, posant sa tête dans mon cou et prenant son pouce, je me remémore les adorables moments que j’ai pu avoir avec mon ainé et la nostalgie me gagne parce que je sais que cet instant ne durera pas avec lui.

Et pourtant, il y a quelques jours de cela, Tichat pleurait et demandait à être apaisé. J’ai tenté différentes positions et lors d’une transition d’une à l’autre je l’ai posé contre moi. Il a alors poussé un petit soupir, pris son pouce et n’a plus bougé pendant près d’un quart d’heure. 15 minutes merveilleuses ♥

Je ne saurais totalement décrire l’état dans lequel je me suis trouvée, mais ce qui est certain c’est que cela nous a fait énormément de bien à lui, comme à moi …

Ceci était mon instant de douceur pour P’tite Fée

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 comments

  1. P'tite fée a écrit:

    Merci c’est très beau et à savourer ces instants à deux. C’est vrai que tous sont différents et je me retrouve pas dans des cas différents pour chacun de mes 3 enfants.
    Le petit dernier tu vois est très câlin et passerait son temps dans mes bras.
    Merci pour ta participation, bisous

Laisser un commentaire