La rentrée en maternelle: une épreuve… pour les parents

Ce mardi, c’était un jour de rentrée. Un grand jour pour de nombreux enfants ! Que ce soit petit ou grand, c’est un jour vécu avec plus ou moins d’appréhension par les enfants, mais on oublie un truc essentiel dans l’histoire ! Et les parents alors ? Ils le vivent comment cette rentrée ?

Personnellement, j’y pense depuis des mois et je n’avais qu’une seule chose en tête: j’espère qu’il sera propre : et bien raté !

Plus le jour approchait et plus j’étais anxieuse et fatiguée: Tichat me réveille encore pas mal de fois la nuit, non pas pour téter mais essentiellement pour des câlins, sans doute la crise du 8ème mois. Ajouté à cela mes angoisses face à la rentrée de mon grand, je n’étais pas loin de la crise de nerfs.

La nuit de lundi à mardi fut courte: je me suis couchée tôt, endormi 3h après, réveillée à 5h. Les yeux comme des billes, pas moyen de me rendormir.

Levés à 7h, Tichat et Tidoux dormait encore tous les deux. GrosMatou a préparé le petit déjeuner pendant que je réveillais Tidoux tendrement. Il s’est levé de bonne humeur et nous avons petit déjeuner tous les trois en lui expliquant une dernière fois où nous allions ce matin: à l’école !

Il était important pour moi, pour nous, d’accompagner notre grand à sa première rentrée. GrosMatou avait donc pris sa matinée. 5 petites minutes de voiture et nous sommes sur le parking, 3 minutes de marche pour arriver jusqu’à la salle de classe et il y a foule. Je ne lâche pas la main de mon grand.

J’avais peur de lui transmettre mon angoisse mais que nenni, il ne savait plus où donner de la tête tellement il y avait de choses à regarder: les murs, les enfants, les couleurs… Je lui explique que je pose doudou dans son casier et s’il en a besoin il peut venir le prendre; nous le bisoutons d’au revoir et la maitresse lui prend la main pour l’amener dans la classe.

On voit déjà à quel point il est content d’être là, entouré d’enfants. Je lui fais coucou de la main, et il me regarde incrédule l’air de dire « bah pourquoi elle me fait coucou d’au revoir maman ? »

J’ai un énorme pincement au cœur en me retournant mais il ne pleure pas et contemple dans le brouhaha sa salle de classe dans les moindres détails.

J’explique vite fait à la maitresse qu’il n’a jamais été gardé d’aucune façon et que je lui ai mis une couche culotte pour lui permettre de faire comme les autres si toutefois l’envie lui en prenait. Mais elle m’a répondu que l’école ne prendrait pas les enfants pas propres. J’acquiesce et lui explique qu’on a essayé mais qu’il n’y arrive pas encore et elle me répète les mêmes mots en ajoutant qu’on va lui laisser quelques jours histoire de voir s’il peut faire sans, mais autrement une seconde rentrée en janvier est possible.

Nous ne pouvons nous attarder, la maitresse ne sait plus où donner de la tête mais une réunion d’informations aura lieu jeudi matin. Patience donc.

Nous repartons vers le parking mais je n’ai pas fait 10 mètres que mes yeux sont brouillés de larmes: mon grand est à l’école, seul, enfin sans moi. Je ne suis pas là pour le surveiller, pour le protéger de tout et rien. Je me sens mal… mais il y a du monde, aucune larme ne coulera; j’aurais l’air idiote…

Je me suis retenue jusqu’à la voiture mais j’ai pris Tichat dans mes bras le temps du trajet histoire de combler le petit vide qui m’accablait. Je l’ai serré fort et j’ai pu me calmer. Puis, une fois installés dans la voiture, je vois mon homme qui commence à défaillir et je lui dis en rigolant : NON !!! Tu n’as pas le droit, toi tu es le roc, mon roc ! si tu ne tiens pas je vais m’écrouler… mais je le pensais.

Quelle égoïste je fais là, je sais… mais je ne l’ai réalisé que lorsque nous sommes repartis chercher Tidoux à 11h30. GrosMatou était très impatient, mais il n’a rien laissé paraitre avant le dernier moment. Quel homme. Il n’a pas pu se confier à moi, et moi je n’arrêtais pas de dire que je ne me sentais pas bien. Il a tout gardé pour lui, le pauvre :/ Au final, il aura été plus angoissé que moi mais a tout gardé à l’intérieur, c’est dire à quel point ça n’allait pas.

Avec le recul, je nous ai trouvé ridicule. Laisser mon grand à l’école fut une véritable épreuve pour moi, pour lui. Mais lorsque nous sommes allés le chercher, le voir si heureux nous a rassuré à un point ! Il sautillait de partout, tout sourire. Lorsqu’il nous a aperçu, pas de réaction particulière, puis après nous avoir rejoint il n’arrêtait pas de dire: « r’gad musique, r’gad ya ça ça ça… » il a couru se rasseoir sur un banc… bref il ne voulait plus partir ^^

***

Pendant toute la semaine dernière, j’ai rappelé à mon grand tous les jours qu’il allait y avoir l’école la semaine prochaine: d’autres enfants, une maîtresse, un nouveau lieu, papa et maman qui ne seront pas là mais qui viendrait si jamais un problème survenait.

Mais comment faire comprendre à mon fils ce qu’est l’école, lui qui n’a jamais été en crèche ni même gardé par qui que ce soit d’autre à part de la famille proche. L’école est un concept bien abstrait. pour lui. La vie en collectivité, il ne connait pas et comme il parle peu, et comprend peu de mots, lui expliquer ce qu’est la photosynthèse aurait eu le même résultat.

Malgré tout, je lui ai expliqué encore et encore, espérant qu’il comprenne surtout que la propreté devait être acquise pour pouvoir y aller. J’ai essayé tout l’été, mais les jours où il faisait moche par exemple, je ne pouvais pas le laisser se balader en slip. Bref, la propreté n’a pas été acquise et ne l’est toujours pas aujourd’hui.

Aujourd’hui mercredi, à même pas 10h30, j’avais déjà ramassé entre 5 et 10 accidents. A bien l’observer, je crois qu’il n’est pas prêt ni physiquement ni mentalement, même s’il a trois ans passé. Je vais continuer mais je ne peux m’empêcher d’imaginer qu’il a peut être un problème.

Je ne peux pas m’empêcher de me dire que le problème peut venir de moi: je le couve trop ? je l’empêche de s’affirmer suffisamment ?

***

Je n’arrêtais pas de dire en déconnant à mon entourage: « bah ptèt qu’il sera pas prêt hein hihi » genre tant mieux si mon fils n’est pas prêt, il restera avec moua ! à la maison ! à faire des câlins, des jeux bref à ce qu’il soit près de moi !

Mais il s’est tellement éclaté hier, que je regrette ce genre de pensées. Je savais, je sais qu’être en présence d’autres enfants lui fait le plus grand bien, aller à l’école lui permettrait d’apprendre, de comprendre, de réaliser des tonnes de choses que moi je ne peux lui apporter. Nous avons notre routine à la maison et je sais que parfois, voire même trop souvent il s’ennuie. Mais la maitresse l’a bien expliqué, s’il n’est pas propre d’ici quelques jours, il ne pourra pas aller à l’école.

Ça me rend super triste et m’enquiquine au plus point (pour rester polie). Lui qui découvre un monde merveilleux, pleins de jeux et d’enfants se voit claquer la porte au nez car les couches culottes ne sont pas acceptées.

Les boules quoi.

Rendez-vous sur Hellocoton !

6 comments

  1. Coupine a écrit:

    C’est bien connu que la rentrée est plus dure pour les parents que pour les enfants (enfin en maternelle en tout cas parceque apres c’est l’inverse!) . Je pense que toutes les mamans et les papas une fois à l’abri du regard des autres parents ouvrent les vannes 😉 Cette fois ci vous avez pu vous contenir mais j’espere bien qu’a la prochaine rentrée une fois dans la voiture vous allez pleurer un bon coup ! Je dis la prochaine car apparement c’est mal barrée pour que Tidoux soit propre . Apres si il y’a une deuxieme rentrée c’est que ca arrive à pas mal d’enfants donc ne t’inquietes pas ! Tu ne le couves pas de trop (d’ailleurs je pense qu’on ne les couve jamais de trop) . Je te confie donc pour mission d’en faire le Roi du popo pour Janvier ! Tu peux le faire ! Tu verras ca va passer vite et si il s’ennuie trop bah tu m’appelles moi je viens :p J’ai tout mon temps ! lol
    Gros bizoux ma coupine ainsi qu’a toute ta famille 🙂
    Ta coupine S.

    • Maman-Chat a écrit:

      C’était un grand moment, l’envolée du fiston en quelques sortes, normal d’en être tout chamboulé 🙂
      Après avoir parlé avec la maitresse on va tester sans couche… bref affaire à suivre.
      Au pire bah janvier hein :/

  2. coucoumaman a écrit:

    Coucou,
    Ah ben chez moi c’est pareil, j’étais pas bien non plus, mon chéri ne laissait rien transparaitre non plus alors qu’il avait hâte de retrouver le ptit aussi.
    J’espère que Tidoux va y arriver..
    Bon courage à toute la famille 🙂

    • Maman-Chat a écrit:

      Merci bien :p
      Il y est retourné ce matin tout intimidé et ne voulait plus me quitter. Je suis partie et il a pleuré mais s’est vite calmé.
      J’ai parlé avec la maitresse ce matin, on va tester pour voir s’il est prêt. A suivre donc ^^

  3. audrey (lapointeduvent) a écrit:

    Nous n’arrivions pas à rendre notre loulou propre, mais finalement, le premier jour d’école (il est rentré en février dernier, à 2.4 ans), il était propre, et l’a toujours été depuis… Il est allé à l’école sans couche et a fait comme les copains, alors que la veille encore, à la maison, c’était accident sur accident…
    Est ce que la maîtresse serait partante pour l’avoir un jour sans couche ? Ca a marché pour Eliott, alors pourquoi pas pour ton fils ?
    Et pour toi, c’est normal d’être chamboulé le premier jour non, ça fait toujours quelque chose de laisser notre petit !!!

    • Maman-Chat a écrit:

      Justement dans mon article du jour je parle de ce qui s’est passé ce matin. L’idée même de la maitresse, le déposer sans couche à l’école… je crains pour demain mais c’est elle qui l’a proposé ^^
      J’ai très très envie d’être agréablement surprise, mais il ne faut pas que je me leurre tout de même. A suivre donc.
      Chamboulée owi ! Mais maintenant que je suis rassurée ça va beaucoup mieux, merci 🙂

Laisser un commentaire