Une expérience unique, un choix: la péridurale est-elle indispensable?

Je suis douillette.

Je suis celle qui se cogne le coude contre le mur et à qui il faut de longues minutes pour s’en remettre. Le tout en jurant insultant de tous les noms d’oiseaux de la basse cours le mur incriminé, dans la mesure du possible évidemment, les oreilles des chatons étant à l’affut de ce genre de friandises verbales, dans le seul but d’enrichir leur vocabulaire et de le ressortir à mamie le week-end suivant.

aie*

Je me faisais tout un foin de l’accouchement, c’est le cas de le dire. Un peu (beaucoup?) de crainte aussi, mais plus par peur de l’inconnu que de la douleur qu’il engendrerait.

*

Pour une première fois

Au rendez-vous avec l’anesthésiste pour mon premier il y a 5 ans de cela, je n’ai pas hésité à dire que oui, je voulais la péridurale! Le peu que l’on m’en avait raconté et le peu de choses que j’avais lu à l’époque ne me faisait pas légiférer sur ce point. Je ne voulais pas souffrir.

C’est le moment que choisira mémé pour te dire « De toute façon, il est bien rentré hein, faudra bien qu’il sorte. »

Je ne vais pas dire que j’ai vécu un accouchement atroce, mais ce n’était pas ce que je m’imaginais. J’ai enduré beaucoup de contractions de travail (moi qui pensait que ça n’en était pas encore…) avant que l’on ne me pose la péridurale et je me suis sentie libérééééééééée, délivrééééééeee apaisée en quelques minutes.

Mais trop apaisée.

Ayant perdu les eaux la veille au soir, soit il y a environ 22h, n’ayant donc pas dormi la nuit précédente pensant que tout pouvait arriver très vite (alors que je n’avais pas de contractions <.<), j’étais plus crevée qu’un pneu clouté passé au rouleau compresseur.

La péridurale m’a permis, certes, de me reposer, mais a ralenti considérablement le travail en cours. Les contractions perdaient en intensité, le col se dilatait moins vite, puis les contractions s’espaçaient. Moi, j’avais les yeux fermés et je pensais, à tort, que le travail continuerait tout seul pendant que je roupillerais. Genre réveillez moi quand faudra pousser!

Personne ne s’est alarmé, on m’a injecté des hormones dans ma perfusion qui ont permis aux contractions de reprendre de plus belle.

Et moi je ne sentais toujours rien. Ah oui, parce que j’ai oublié de préciser que la péridurale était si fortement dosée, que je ne sentais plus rien du milieu du dos, jusqu’à mes pieds. Mon homme m’a massé, caressé, pincé.. je le voyais me toucher mais je ne sentais strictement rien.

C’est très bizarre comme sensation de voir ce corps qui nous appartient nous être totalement étranger.

Puis la sage femme a annoncé que mon col était enfin assez dilaté et qu’il allait falloir pousser.

Hop, 1 2 3 et ziou, l’affaire était dans le sac.

Bilan: j’ai senti un truc passer, une certaine pression mais vraiment sans plus.

Et je croyais que c’était comme ça qu’un accouchement « normal » devait se dérouler…

***

Seconde fois

Pour mon deuxième enfant, l’histoire est très différente. Contrairement au premier, ce n’est pas la perte des eaux qui a amorcé le départ à la maternité, mais des douleurs cinglantes qui me pliaient en deux toutes les 10 minutes.

Est-ce des contractions? Me souviens-je avoir demandé à ma belle-mère par téléphone, pour savoir si je devais me rendre à la maternité. Morte de rire au bout du fil « Bah oui ça m’en a tout l’air, file à la maternité chère bru! »

Et en effet, le travail avait commencé.

Comme pour mon premier, je voulais la péridurale. Toujours cette peur d’avoir mal et de ne réussir à rien.

On me l’a mise 2h après être arrivée, le travail avançant vraiment rapidement.

Mais après y avoir réfléchi, même si ce ne fut pas aussi flagrant que pour le premier, cela a ralenti aussi l’avancement du travail. 2h après la péridurale, j’ai accouché mais pourquoi si vite? Parce qu’elle ne fonctionnait plus!

La sage-femme ne voulait pas me croire lorsque je lui disais que le dosage était mauvais, que c’était « normal » que j’ai tout de même un peu mal.

Un peu? Dis tu vois la poutre là bas? Si tu fonçais dedans tu aurais mal tu penses?

Je ne suis pas godiche à ce point et je sais, encore aujourd’hui, que la péridurale a fonctionné un petit moment puis plus du tout.

J’ai souffert, énormément. Sur le coup, je voulais que cela s’arrête, je voulais expulser ce petit être au plus vite. J’avais peur, dans ma tête, de mourir sur cette table, d’une crise cardiaque liée à ces putains de douleurs me sciant le ventre.

Oui, une peur de mourir et de ne pas y arriver. Je pleurais et il ne voulait pas sortir… Puis au bout de 20 minutes de poussées acharnées, un blop et un bébé est apparu.

Bilan: j’ai tout senti, j’ai bien souffert mais… je m’attendais à pire.

***

Vers une nouvelle expérience?

Cette troisième grossesse est un peu comme une nouveauté. J’ai vécu deux accouchements, très différents, le temps et l’expérience acquise me pousse à voir les choses différemment.

Je ne sais pas comment cela pourrait se passer, mais dans ma tête j’idéalise ce troisième accouchement car il sera mon dernier.

J’ai émis l’idée de ne pas avoir recours à la péridurale cette fois-ci car mon deuxième accouchement m’a permis de réaliser que je peux faire sans. Non pas que je veuille souffrir, que je demande à souffrir, mais que cette souffrance pourrait, peut être, me permettre de connaitre mieux mon corps.

J’ai réalisé un projet de naissance assez complet, et pour pouvoir vivre ce moment différemment, la péridurale ne pourra être de la partie.

Pourquoi?

Parce que je souhaite pouvoir ressentir les contractions, le travail et le bébé, me déplacer lors du travail, choisir la position qui me conviendra pour me soulager, qui me conviendra pour l’expulsion. Je peux pouvoir être à l’écoute de mon corps et combler mon envie d’une nouvelle expérience. D’une expérience unique, et différente.

Parce que ce sera mon dernier bébé. Je ne vais pas dire que je veux faire « les choses bien », c’est juste que je me demanderais toute ma vie si j’aurais su vivre ce moment fort, totalement et entièrement.

Parce qu’avec une péridurale, le protocole exige qu’on ne puisse plus bouger. Et bien que mes accouchements furent différents, je suis à ce jour persuadée que jamais ô grand jamais, la position sur le dos ne sera une  position ergonomique d’accouchement. Coincée les pattes en l’air, non merci.

***

Et bien que mon mari se moque gentiment de moi, l’air de dire que jamais je ne pourrais supporter ces douleurs,  j’ai envie de le faire. Non pas pour lui prouver qu’il a tort, c’est une démarche purement égoïste. Je regretterais fortement de ne pas au moins essayer.

J’ai aimé, adoré, que mon compagnon soit auprès de moi lorsque nos enfants sont venus au monde, mais il ne peut pas comprendre que cette envie, ce projet de naissance, tout ce parcours et cette réflexion intérieure ne sont qu’un besoin que je ressens.

Je veux devenir mère, à nouveau, mais de la façon que j’aurais choisi.

etremere-logo

bannière tritri

Rendez-vous sur Hellocoton !

11 comments

  1. bsricard a écrit:

    Alors je ré-écris ici … 4 accouchements 3 visions différentes :
    – premier accouchement avec péri bien mais sensation bizarre j’aime pas etre sous péri !! c’est clair
    – 2ème et 3 ème sans péri (je ne savais pas trop ce que je ferais pour la 2ème) mais pas eu le tps de la poser et accouchement de rêve rapide je voulais du coup rien pour la 3ème et là aussi super rapide .. par contre il parait que pour la 2ème j’ai bcp crié ca a choqué mon zhomme moi me souviens de rien …
    – 4ème accouchement une horreur !!! césarienne préma néonat .. tout pour mal vivre je n’ai vu ma fille que 3sec puis l’ai revu que 36 h plus tard !! premier fois dans les bras 3 jours après … je le vis mal très mal c’est ma dernière et je reste sur ma fin comme on dit …
    bisous

  2. Delph Dolce a écrit:

    <3
    Pour mon 3e j espère accoucher à la maison, donc pas de péridurale :p
    Et puis j ai appris plein de choses avec les cours et donc maitriser la douleur mais la comprendre aussi!!
    Comme toi, j ai vécu ma 1ere péridurale sans rien sentir :/
    LA seconde c est autre chose, césa :/

    D.

  3. laféelée a écrit:

    3 accouchement sans péridurale. J’ai bébé4 dans 3 mois et demi et je reste sur ma position, pas de péridurale ou j’fais bouffer le string de la sage femme.
    Les douleurs plutôt qu’une piqûre dans le dos.
    Mais je ne juge pas celles qui ne jurent que par la péri. Chacune gère sa douleur différemment.

  4. Mère Débordée a écrit:

    Ce que tu as vécu pour ton 2eme, je l’ai vécu à mon premier accouchement. Comme toi, j’étais pas sure de pouvoir faire sans, et finalement, nickel.

    Pour ma seconde, la péridurale fut posée….même pas 20 min avant l’expulsion. Autant te dire qu’elle n’a pas fait effet au bon moment (ou plutôt, pile quand on était en train de me recoudre. Finalement, c’est pas plus mal)

    Pour le 3eme, Je m’étais dit je fais sans. Puis un moment, j’ai fini par me resigner (sans honte ni peur). Sauf qu’à peine posée, j’ai accouchée. Et quand je dis à peine, c’est à peine hein !
    A 11h05 on me dit « vous êtes à 7 ». A 11h15 on me pose la péri, à 11h23 mon gars était né.
    Elle n’a fait effet que bien après qu’ils m’aient recousus (merdoum !)

    J’ai plus douillé quand on m’a recousu que pour les accouchements en eux même. J’ai plus douillé lors de mon premier que pour les autres. Et pourtant, je sais d’office que si un jour, j’ai un 4eme, je ferais sans cette fois. Après tout, j’ai déjà réussi 3 fois sans le vouloir 😉

  5. Helene Citrouille a écrit:

    Ah ben tu vois, moi je ne me suis même pas posée de question pour la bouture .. Je suis partie du principe que pour le grand j’ai attendu 7h avant la peridurale, donc j’arriverais au moins autant.. et ben en 2 heures c’était fait ^^ Par contre j’ai accouchée allongée, car à ce moment là , j’arrivais mieux à gérer et pffiout elle est sortie sans que je puisse même me relever ! C’est chouette ton projet de naissance, et puis tu verra bien le moment venu 🙂

  6. Babidji a écrit:

    j’ai eu la péri pour les 2 … comem toi pour la premiere je n’ai rien senti .. j’étais un peu frustrée mais contente d’avoir vécu un accouchement serein et surtt d’être assez en forme pour m’occuper de bébé. La 2ème a été mieux dosée dans le sens où j’ai senti le passage du bébé sans les contractions et j’ai bien dérouillé ! alors avec les contractions je n’imagine pas l’histoire ! heureuse de ne pas avoir senti plus ! mais je crois que ce n’est pas qu’une question de dosage mais aussi peut-être de l’endroit où est placée l’aiguille, de notre état à l’instant T etc. mais si tu as bien vécu ce 2ème où ça ne fonctionnait plus pour le 3ème tu peux tenter sans ! tu verras bien si tu supportes, il sera tjs temps de la demander et puis le 3ème ça devrait aller encore plus vite ! merci pour ta participation 🙂

  7. Aurélie a écrit:

    Allé je répond ici pour une fois 😉
    Pour bébé 1 :
    Réveil (12h20 ^^), sensation de se faire pipi dessus (je pensais que c’était une fuite urinaire lol), direction toilette pour vidange de vessie et re fuites dès que je me levais des toilettes. Comprendre alors que bébé a décidé d’arriver (on est alors le 11; déclenchement prévu le 13 ^^). J’ai pris mon petit dej; ai vu mon mari ouvrir un œil et lui ai gentiment dit « non te rendors pas ». Gros yeux de chéri qui panique la tête dans le cul. Hop je lui prépare son petit dej et lui dit de prendre son temps on est pas pressé. Vers 14h direction maternité. Après j’ai perdu la notion du temps. Je me souviens du monitoring en arrivant. Puis des douleurs des contractions et moi qui arrêtait pas d’appeler pour qu’ils me fasse cette putain de péri ^^. Pose de la péri. Bonheur. Vers 23h20 on me dit qu’il va falloir pousser. Je pousse; j’envoie chier ma mère (pour rire) et hop bébé est la : il est 23h59 youpi bébé est né le 11/11 comme je voulais xD. Je n’ai senti que quelques contractions, très peu la piqûre de la péri mais très bien quand ils m’ont recousu.
    Bébé 2 : réveil 6h30. Douleurs. Attente en marchant car je ne reconnaissais pas les contractions (bébé 1 dans le ventre; bébé 2 dans les reins). Vers 8h départ mater. Attente de plus de 2h dans le couloir assise sur une chaise. Vomir de douleur dans le couloir. Voir passer l’anesthésiste. Vers 10h15 rentrer dans la salle d’accouchement; se déshabiller et monter sur la table. Entendre « pas le temps de faire la péri bébé est prêt ». Refuser d’accoucher si pas de péri xD. Le gynécologue arrive, on me perce la poche des eaux, il me fait une anesthésie locale, je pousse et 10h37 bébé est la (on est alors le 29/01; déclenchement prévu le 30/01)
    Bébé 3 : le seul qui a attendu d’être déclencher pour sortir mdr. Arrivée a 8h30 ou 9h en pleine forme. Rendez vous gynécologue. Col ouvert a 3 seulement (pour les 2 autres le col était plus ouvert que ça a 6 mois). Vers 9h30 10h je monte en salle d’accouchement. On me colle perfusions et monitoring. Je ne sens rien. Bébé commence a être en souffrance on doit accélérer. On me pose la péri (que j’ai bien senti vu que je n’avais pas mal). On me tourne (essayer de demander a une baleine qui aurait la moitié du corps endormi de se tourner ^^). 13h la sage femme viens vérifier et je lui dis que je sens que ça appuie en bas. Elle appel le gynécologue. Je pousse; le gynécologue arrive et bébé aussi. Il est 13h30.
    Voilà 3 accouchements et 3 déroulements différents 😛

  8. QuickSteph a écrit:

    Pour Romane j’ai accouché sans péri, 6h de travail, tout dans le dos. J’ai douillé comme jamais mais j’ai pu me lever, marcher, m’accrocher au mur et gérer à ma façon.
    Junior arrive et malgré tout ça, sachant tout ce qui m’attend je n’hésiterai pas à recommencer.
    La péri me fait peur, peur de ne pas vivre mon accouchement, qu’on me le vole par confort. Mais je n’y suis pas pour autant fermée, on verra 🙂

  9. Marmotte a écrit:

    Pour le seul et unique marmotton, j’avais décider au début de ne pas faire de péridurale (peur de ce genre de produit… peur de ne rien sentir… peur que ça ne fonctionne pas bien…ect…)

    Finalement… aprés 7h… et des contractions de plus en plus douloureuse j’ai demandé à en avoir une… evidemment ma crainte que ça ne fonctionne pas bien a été prémonitoire car elle a au début pas fonctionnée du tout. Les médecins l’ont augmentée et au moment de pousser je ne sentais cette fois ci absolument plus rien !!! ni douleurs ni contractions. Pas facile de pousser correctement.

    J’espere avoir d’autres enfants et ne regrettant toutefois pas mon choix je pense la redemander (je suis comme toi 😉 super douillette ^^ !!!)

    Je précise que j’etait dans une clinique privée. Pas par choix mais parce que c’etait la plus proche de chez moi et qu’a La Réunion il y a certes du soleil (et des cyclones^^) mais pas beaucoup de choix côté maternité.

    Voilou 🙂 Poutoux 🙂

    Et bon courage pour le / la 3ème !! 😉

  10. Mary Jt-q a écrit:

    J’ai eu deux machins !
    Pour T., j’ai été déclenchée et on m’avait toujours dit qu’avec un déclenchement on n’arrive pas à tenir sans péri. Je confirme, j’avais des contractions de fin de travail dès le départ et le travail n’avançait que très lentement.
    Je n’ai rien senti pendant le travail ce qui m’a permis de dormir (réveil toutes les deux heures pour monito dans la nuit). Mais la péri commençait à ne plus faire effet quand j’ai accouché ce qui m’a permis de sentir mais pas tout.

    Pour Q. ça n’a pas été pareil. Pas de déclenchement donc un travail naturel et progressif super gérable. Et puis d’un coup, ça s’est intensifié. du coup j’ai demandé la péri, mais c’était dans une autre maternité avec pompe pour doser. Sauf que, au moment de la pose, la poche des eaux s’est percée et du coup à énormément accélérer le travail. En gros, l’anesthésiste venait d’appuyer sur la pompe quand Q. est sorti. Du coup, j’ai accouché sans péri finalement.

    Je ne suis pas particulièrement douillette mais relativement chochotte. La peur d’avoir mal me fait réfléchir. du coup, quand on me demandait pendant mes grossesses, je répondais juste « bah je vais essayer sans et quand je ne tiendrai plus je la demanderai c’est tout ! »

    Il faut surtout que tu le fasses comme tu le sens ! Chaque grossesse est différente et du coup chaque accouchement aussi !

  11. Cleophis a écrit:

    Pour la 1ère, déclenchement + péridurale trop dosée, je suis restée 9h allongée sur la table à attendre que le col s’ouvre et il a fallu utiliser les forceps car je n’arrivais pas à pousser (je ne sentais pas mes muscles). Pour le 2ème, perte des eaux et contractions 24h plus tard, fulgurantes tout de suite, j’ai pleuré pour avoir la péridurale et elle était si bien dosée que j’ai pu pousser et tout sentir sans douleur, un accouchement de rêve. S’il y avait un 3ème, je pense que je gérerais mieux les contractions car je sais ce que c’est mais je ne pense pas que je pourrais aller jusqu’au bout sans péridurale. Mais tout est affaire d’expérience, certaines n’ont pas eu le choix parce que bébé est arrivé trop vite et qui considèrent que finalement, ça n’est pas si horrible que ça. 😉

Laisser un commentaire