Le jour où j’ai osé poser la question la plus étrange qui soit

C’est un moment mémorable, de ceux que même quand je serais vieille, toute ridée et pleine d’arthrose je me souviendrais toute ma vie.

J’étais jeune et novice, pleine de questions existentielles en rapport avec mon premier bébé presque tout neuf de trois mois.

C’était une journée assez banale, si ce n’est la visite chez le pédiatre. Très compétent et absolument adorable avec les enfants, il est toujours le pédiatre attitré de mes trois chatons.

Il m’avait dit la fois précédente de ne pas me priver de lui poser toutes les questions que je voulais, quitte à faire une liste avant de venir la fois d’après.

La fin de la visite approchant, je rhabille mon bébé pendant que le pédiatre blablate. Quand soudain, je me rappelle de LA question importante que je voulais lui poser:

*

– « Est-ce que je dois déjà lui repousser les cuticules? »

Regard incrédule du pédiatre genre

O_O

– « Cutiquoi? »

– « Les cuticules! La peau au bout des ongles quoi! »

– « … non ce n’est pas nécessaire de repousser les cuticules »

– « D’accord… alors quand devrais-je commencer à le faire? »

– « Je ne pense pas qu’il faille le faire un jour.
Ce n’est pas nécessaire ce genre de choses. »

 

Pas certaine de cette dernière phrase tellement j’étais stupéfaite de sa réponse, en mode pensées intensives qui se bousculent dans ma tête.

***

Peut être trouvez-vous ma question débile ou ma réaction idiote, ou même le fait que j’ai posé cette question à mon pédiatre un peu bizarre.

Mais s’il y a bien une chose qui m’a marqué dans mon enfance, c’est ma mère me dire:

« Si on voit le blanc des ongles, c’est qu’on est en bonne santé!
Alors il faut repousser la petite peau, pour qu’on voit le blanc, tu comprends? »

*

030 Ongle du doigt

Du coup, en faisant une recherche pour illustrer, je sais enfin que le blanc c’est la lunule.
Comme quoi,à 28 ans, il n’est jamais trop tard pour continuer d’apprendre!

*

Je la revois encore tenir ma main sans la sienne, me montrant le blanc de mon ongle de son index, en souriant. Des fois, c’est à se demander comment notre cerveau sélectionne réellement les souvenirs marquants. Elle est décédée et je me rappelle pleins de petites bricoles comme ça. Enfin bref…

Je me souviens petite, à quel point j’avais mal aux doigts lorsque j’utilisais du dissolvant pour enlever mon vernis Barbie (ouais je sais…) à cause de ces petits morceaux de peaux qui partaient des cuticules, arrachés, abimés.

*

peau abimée

*

Le temps a fait son œuvre et j’ai constaté que les doigts de mes fils étaient comme les miens à l’époque, la peau gagne du terrain, faisant rétrécir la partie visible des ongles.

J’ai la chance d’avoir des chatons très coquets qui adorent se faire couper les ongles. Parfois, s’ils estiment qu’ils sont trop longs, ils viennent même me voir pour me demander de les couper!

C’est pourquoi je n’ai pas écouté mon pédiatre, mais le conseil de ma mère. Je les ai habitués depuis tout petit à ce que je les « torture » de temps en temps.

Et si je ne le fais pas, ils viennent me le réclamer. Repousser les petites peaux, pour ne pas qu’ils souffrent ensuite.

Je pense que je fais bien, pas vous?

***

etremere-logo

Être mère, c’est savoir se faire confiance. Parfois écouter sa propre mère plutôt que l’avis médical.

Être mère, c’est oser se poser les questions les plus incongrues qui soient…

bannière tritri

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire