28 ans, date limite

Depuis le jour où je suis tombée sur cette émission de télé sur je ne sais même plus quelle chaine, j’y pense lorsque mon anniversaire approche.

Chaque année, l’échéance se rapproche indubitablement et je me dit que si je le voulais, j’aurais encore le temps.

Dans un coin

Le temps de le faire.

Le temps d’y penser.

Le temps de penser à le faire.

*

Mais cette année, c’est différent. C’est la date butoir comme on dit. La dernière chance. 10 ans après la majorité. 28 ans.

Pourtant, depuis mes 15 ans, date à laquelle j’ai pu voir cette émission, je m’étais dit que peu importe le moment, le lieu ou bien ma vie à ce moment-là, je n’en parlerais jamais.

La honte.

Et puis pour quoi faire au juste? Pourquoi après tout ce temps je me déciderais?

Me faire du mal, du mal à ma famille, du mal à sa famille… et à lui.

Mais la honte quoi.

Mes déménagements m’ont permis de couper totalement les ponts avec cette ville, et tous les gens que j’ai pu y connaitre ado.

Malheureusement, il y a eu Facebook. Et sa sœur qui a pris contact avec moi. M’en a même donné des nouvelles.

J’en avais rien à cirer, et ça n’a fait que faire remonter à la surface des mauvais souvenirs.

Il est marié. Et il a des gosses en plus.

Ça me donne envie de gerber.

Est-ce qu’il y pense parfois à ce qu’il m’a fait?

Est-ce qu’il regrette?

Ou fait-il comme moi en mettant le tout dans un coin en essayant d’oublier?

***

J’espère que j’ai été la seule et qu’il n’y en a pas eu d’autres. Je m’en voudrais tellement de ne pas avoir parlé si une autre petite fille avait été forcé.

Mais ça je ne le saurais jamais.

J’avais 10 ans, j’étais en CM2. Sa famille habitait derrière chez moi et sa sœur était ma meilleure copine.

Sa sœur. Elle savait. Elle était là derrière la porte. Mais elle n’a jamais rien dit non plus.

Il avait 15 ans, bientôt 16.

J’ai eu mal, j’ai saigné.

J’ai eu peur. Honte.

Je ne distingue plus mon écran. Je pleure et je me dis que tout ce que j’écris n’a aucun sens.

J’ai besoin de faire le deuil d’une action que je n’ai jamais voulu intenter, ce qui est je l’avoue, totalement stupide.

***

J’aurais 28 ans dans moins d’une semaine. Mais c’est trop tard.

Je viens de faire une recherche internet, et après 18 ans à y penser, à peut être me décider un jour, je viens de me rendre compte que je me suis trompée. J’avais mal compris l’émission.

La victime majeure (âgée de plus de 18 ans) d’un viol dispose d’une durée de 10 ans pour porter plainte.
Au delà, il y a prescription (aucune poursuite n’est plus possible).

Si le viol a été commis alors que la victime était mineure au moment des faits, il existe quatre cas de figure différents :
La victime a été violée entre 1958 et le 14 juillet 1989. Dans ce cas, la prescription est effective 10 années révolues après la date du crime.
La victime a été violée entre le 14 juillet 1989 et le 18 juin 1998. Dans ce cas, la prescription est effective 10 années révolues après la date du crime. A moins que l’auteur du crime ne soit un ascendant légitime naturel ou adoptif ou ayant autorité. Dans ce cas, le délai de prescription est de 10 ans révolus à compter de la majorité de la victime.
La victime a été violée entre le 18 juin 1998 et le 10 mars 2004. Dans ce cas, quelque soit « l’origine » de l’auteur, la victime dispose de 10 années révolues après sa majorité.
La victime a été violée depuis le 10 mars 2004. Dans ce cas, elle dispose de 20 années révolues après sa majorité pour porter plainte.

Les victimes bénéficient des évolutions successives de la loi, à condition que les faits n’aient pas été prescrits avant l’adoption de la nouvelle législation.

***

En 1994, je crois. Mais peu importe.

Le mal est fait.

bannière triangle

Rendez-vous sur Hellocoton !

8 comments

  1. CoraRoZ a écrit:

    Je ne vois rien de bien intelligent à dire et je pense que ce n’est pas une phrase bien faite dont tu as besoin. Alors je vais me contenter d’un coeur : <3 Parce que c'est tellement dégueulasse et aberrant ces lois que mes pensées sont déconstruites.

  2. Catwoman a écrit:

    Je ne veux pas remuer le couteau dans la plaie et si tu as décidé de ne pas le faire, c’est ton choix. Mais de ce que j’ai vu sur Internet et dans le code de procédure pénale, tu peux encore porter plainte (tu avais moins de 15 ans).

    Il y a eu une affaire il y a qqs jours ici, la victime avait déposé sa plainte qqs jours avant la date limite, en 2008 …

  3. mon ménage à cinq a écrit:

    Oh je ne sais que te dire… Si tu as besoin d’aller jusqu’au bout pour te sentir mieux, fais-le. Je n »arrive pas a comprendre que sa soeur ai osé te recontacter… ! Ce n’est pas une action stupide, au contraire…

  4. Maman elfe a écrit:

    Si tu peux encore le faire et que tu en as le courage, fais-le…Fais-le pour toi, pour ta famille, pour que tes générations à venir n’en portent pas le poids.
    J’ai une pensée qui s’envole vers toi…

Laisser un commentaire