Parler bébé à son enfant

Il parait qu’il est préférable de parler normalement à son enfant, en langage clair et compréhensible, plutôt que gagater avec des « gouzi-gouzi », « areuh » et autres du même acabit. Pourtant moi, je ne peux pas m’en empêcher, même si je ne passe pas tout mon temps à ça non plus. Je gagate à certains moments, en certains lieux, ou pendant des jeux, bref quand le moment s’y prête. Après tout, c’est marrant non de parler bébé à son enfant non? ^_^

***

Aujourd’hui encore, lorsque je me rends chez mes beaux-parents dans le Doubs (région la plus froide de France siouplé!), je n’ai aucune honte à dire : « bah elles sont où les meuh? » et lorsque j’en vois un troupeau « regarde ya des meuuuuuuuuuuh! »

meuh

Ma belle-mère ou mon homme se fendent la poire à chaque fois, mais après tout faire rire est une bonne chose! Le ridicule ne tue pas (heureusement car je n’ai que 9 vies).

Ainsi, on m’a souvent signalé que si j’utilisais de telles expressions devant mon fils, celui-ci n’apprendrait pas les mots « qu’il faut » mais parlerait en langage bébé « gaga » (rien à voir avec la Lady). Bref, que cela nuirait à son apprentissage linguistique.

Mais raté! Tidoux parle peu, mais il sait dire le mot « VACHE » et il a même compris ce à quoi cela fait référence sur une photographie ou en vrai! Alors que pourtant, je n’ai pas réussi à restreindre mes « meuh-meuh » à tout va.

***

Dans le même genre, j’utilise le mot « bidou » pour désigner le nombril, mot que Tidoux a assimilé assez vite. Lorsqu’il voit le nombril de son père ou moi, il rit, nous dit « bidou bidou » puis hop il met l’index dedans: il reproduit ce que je fais encore aujourd’hui avec lui! Je le félicite à chaque fois car il a compris ce que c’était même si n’est pas le « vrai » mot.

D’autres exemples j’utilise:

  • « dodo » pour aller (au) dodo même s’il m’arrive parfois de dire « aller dormir ».
  • « miam miam » quand Tidoux était bébé, mais maintenant, je dis plutôt « tu veux manger? » ou « tu as faim? »
  • « gougoutte »; celui là je le tiens de ma mère, pour désigner la poitrine. Quand Tidoux vois son frère tout nu, il me dit souvent « gad ya gougoutte! » J’adore ^^
  • « bobo » mais surtout le mot « mal »; d’ailleurs quand il avait mal quelque part il n’a jamais dit bobo

 

Il en existe des tonnes d’autres, mais à croire que je ne gagate pas assez, je n’ai jamais réussi/voulu/pensé à les caser comme:

  • bibi = biberon (je ne m’en suis jamais servi alors forcément…)
  • tuture = voiture
  • tchou-tchou = train
  • tut tut = tétine/sucette
  • wawa = chien

 

Mot sujet à controverse: « caca »

Personnellement, j’ai toujours dit « c’est sale » car dire « c’est caca, c’est beurk »… je ne pense pas que ce soit bien compréhensible pour Tidoux. Pour moi caca = selles alors dire à mon fils « ça c’est caca » pour « c’est sale il y a une tâche sur ton T-shirt » il n’y a aucune logique là dedans.

***

Je bêtifie beaucoup avec mes deux fils, mais au fond de moi je ne suis pas convaincue par le fait que cela leur portera préjudice plus tard. Peut être ai-je tort?

Tidoux ne parle pas beaucoup; par là je veux dire qu’il ne connait que peu de mots car il parle souvent, même si c’est du charabia ou de la très mauvaise prononciation de mots. Une bonne chose cependant, les mots qu’il connait sont toujours utilisés dans le bon contexte, c’est mieux que rien. Tantôt je me dis que je ne dois pas le stimuler suffisamment. Tous les jours pourtant je lui parle, je lui lis des histoires, lui décrit des images, et le fait répéter. Mais depuis des semaines, il ne prononce QUE la dernière syllabe du mot.  A force, ça m’agace… Mais qu’est-ce que je fais de travers?

***

 

Je le reprend systématiquement lorsqu’il prononce mal et le fait répéter plusieurs fois, même s’il échoue. Au fond, je pense que l’important est d’utiliser un langage correct envers lui afin que les « mots gaga », prononcés occasionnellement, ne mettent pas en péril le fait qu’il acquerra:

  • un vocabulaire nuancé,
  • une compréhension juste de la signification des mots,
  • une bonne perception des différents niveaux de langage existants.

 

En résumé, je considère que l’essentiel est de lui parler « vrai » sans le prendre pour un abruti, tout en lui transmettant divers principes que j’estime importants. Comme la politesse par exemple: merci prononcé « paci »; au revoir « or var »; bonjour etc…

***

Parler bébé, parler « gaga », est-ce retarder l’âge de l’autonomie linguistique de l’enfant?
Qu’en pensez-vous, du point de vue de votre expérience personnelle ou non ?

Une anecdote rigolote avec du langage bébé ? ^_^

bannière tritri

Rendez-vous sur Hellocoton !

3 comments

  1. Père-Ver a écrit:

    Difficile à dire, je n’ai pas énormément de recul sur la question, on verra avec Fils-Ver. Quoi qu’il en soit, avec Fille-Ver, on lui a très très peu parlé « gaga » et elle parle énormément et plutôt bien (elle place même des subjonctifs, ça nous fait délirer ^^).

    Donc, est-ce dû à sa nature de fille (une fille ça parle beaucoup !), est-ce dû au fait qu’on lui parle « normalement » ? Difficile à dire…

    Un autre point qui peut jouer : à la crèche ils ont expérimenté un langage des signes adapté aux bébés (c’est un truc anglo-saxon), ce qui fait qu’ils peuvent communiquer plus efficacement plus tôt avec nous. Très vite elle a maîtrisé le « Encore » (tapoter la paume de la main avec l’index de l’autre main), puis d’autres « mots-signes » (boire, manger, changer la couche, j’ai mal…). Est-ce que ça l’a aidé à assimiler la parole plus facilement ? Encore une fois, manque de recul…

    Voilà, ça t’aidera pas forcément beaucoup, mais Fille-Ver parle beaucoup et bien alors qu’on lui parlait sans trop « gagater ». Mais je suis sûr que l’inverse existe aussi…

    Une anecdote ? Elle commence à s’intéresser aux lettres, du coup elle en reconnaît quelques unes. L’autre jour, je lavais la théière :
    « C’est quoi ça ?
    – Ça c’est pour mettre du thé.
    – Ah oui, du T comme papa ! »

    Sachant que papa se prénomme T., elle avait presque tout bon ^^

  2. anita a écrit:

    C’est très intéressant ce que nous dit là. Je pense quon est toute un peu gaga, et qu’on ne peut pas s’empêcher de parler gaga à nos bébés. Mais, aussi qu’on s’adapte à eux en fonction de l’évolution de leur langage.
    En ce qui me concerne, mes 2 premières filles ont appris à parler très rapidement et très tôt. Pour Little M., c’est bien différent. A 24 mois, son langage était peu fourni, et surtout c’était incompréhensible. Ce n’était pas du langage bébé, c’était son langage à lui que seule la famille proche pouvait comprendre. C’est 6 mois plutôt qu’on est arrivé en Andorre, où tout le monde parle de tout : espagnol, catalan, français, portugais et même marocain. On s’est dit que ce n’était pas si évident pour lui que de s’y retrouver dans toutes ces langues.
    La réalité était bien différente : il parlait peu et mal, et pas bébé, parce qu’il ne le pouvait pas : son frein lingal était trop court et ne lui permettait pas de bouger sa langue pour émettre des sons correctement.
    Une petite incision plus loin et beaucoup d’orthophonie, mon fils réapprend non pas les mots parce-qu’il en connaissait déjà beaucoup, mais à utiliser sa langue et à enfin pouvoir se faire comprendre par tous.
    Tout ça pour dire que l’environnement compte dans l’évolution de l’enfant, mais l’aspect physiologique aussi. Et c’est parfois oublié.
    Je pense aussi qu’il faut faire confiance à son enfant, et ne pas se laisser « polluer » par certains professionnels, qui ne sont pas toujours de bons conseils. Le langage, enfin la parole, est tellement important dans la vie actuelle qu’on peut rapidement se retrouver en situation déstabilisante si son enfant ne parle pas selon les critères sociétales, et vraiment il est bon de savoir résister à cette pression et accepter encore une fois le rythme de son enfant.
    ll a quel âge ton petit ?
    Bon, c’est plus un comm’, c’est une lettre ! Bises

    • Maman-Chat a écrit:

      De base, il paraitrait que les filles parlent plus tôt et mieux que les garçons …
      Mais je ne me formalise pas non plus, le fait d’aller à l’école lui fera comprendre qu’il faut parler pour communiquer avec les autres.
      Ton petit homme est un cas à part, mais je suis contente que tu ais partagé ton expérience avec moi (je me pose des questions du coup, je demanderais au pédiatre de regarder ça la prochaine fois que je le verrais 🙂

      Mon fils va avoir 3 ans en juillet.

Laisser un commentaire