Les « droits » de la maitresse

On m’a dit qu’en tant que parent d’un enfant scolarisé, je n’étais pas apte à « décider » ce que la maitresse de mon fils a le droit ou non de faire, gestuelle et mots. Comprendre que je ne connais pas son quotidien, ce qu’elle endure, la difficulté de gestion de 19 élèves, son moral, etc… bref son boulot en somme.

Il est vrai que je ne connais pas son quotidien puisque je ne suis pas moi-même maitresse et pourtant je le conçois totalement.

J’ai trois enfants, pas 19 certes, en bas âge, et j’ai quand même une vague idée de ce qu’est le quotidien de gestion d’enfants.

De surcroit, on me fait remarquer qu’on ne trouve jamais de commentaires positifs sur les professeurs des écoles, mais toujours des articles, statuts, commentaires désobligeants. Je n’arrête pas de dire que la maitresse de mon grand est super, à plusieurs reprises ici et sur FB d’ailleurs, mais je ne peux pas être responsable de la tendance à signaler les problèmes avec les enseignants des gens hein?

Ecole

***

Y a-t-il des maitres/maitresses parmi vous?
Ce billet s’adresse particulièrement à ces personnes ainsi qu’aux parents d’enfants scolarisés.

Peut être n’avez-vous pas vu cette information passer mais, il y a quelques jours, j’émettais sur FB un statut sur un incident survenu en classe de GS entre mon fils et sa maitresse.

Au final, la discussion a permis d’avoir les deux versions de la chose à savoir que:

1/ Mon fils amusait la galerie en faisant de grands gestes avec dans sa main un feutre rose et lui a écrit sur le bras par inadvertance; il était assis à ta place je précise, pas debout en train de faire le zouave
2/ Elle reconnait lui avoir hurlé dessus « mais ça va pas la tête? »
3/ Suite à quoi mon fils ne voulait plus aller à l’école, je l’y ai tout de même emmené mais il a refusé d’entrer dans sa classe, il me tenait la jambe de toutes ses forces. Bref, en mode super-trouille de la maitresse.

Je conçois totalement qu’après un rappel à l’ordre il est logique de hausser le ton pour se faire entendre, à quel parent ça n’arrive pas non plus?

Ce qui me dérange, ce sont les mots employés ainsi que le ton utilisé: je n’étais pas là, c’est vrai. Mais la façon dont mon fils m’a raconté la chose ainsi que sa soudaine peur de sa maitresse ont suffit à me convaincre qu’elle avait dépassé les bornes. Refuser d’aller à l’école pour lui équivaudrait à me dire qu’il n’aime pas le chocolat, plus improbable tu meurs.

Qui je suis pour « décider des droits » de la maitresse? Je suis une mère.

J’estime qu’il n’est pas « sain » pour un enfant de 5 ans de se faire hurler dessus « ça va pas la tête » par sa maitresse, en l’occurrence l’autorité censé montrer l’exemple. Surtout que ce n’est pas comme s’il avait frappé un camarade, l’avait insulté, ou avait lancé un objet en classe.

***

Sa tête va très bien, il n’est pas stupide, inconscient ou une teigne. Et elle le sait! C’est une crème, un enfant très sensible, ne supportant pas les cris. Je rappelle que c’était juste un trait de feutre…

Tout le monde peut péter un câble à un moment donné mais quand on est maitresse, ne doit-on pas rester maitre de soi en toutes circonstances? J’estime que c’est loin d’être grave ça quand même.

Ou alors je suis « sur protectrice » et c’est moi qui ait tort? Qu’elle avait le « droit » de lui hurler ces mots dessus? Parce qu’après tout, qu’y a-t-il d’« affreux » là dedans? Vos lumières sont les bienvenues.

Bref, les parents n’auraient donc pas leur mot à dire si l’attitude de l’enseignant ne leur convient pas? Un parent n’est-il pas apte à estimer ce qui est acceptable ou non?

Les mots entre guillemets, en italique et gras sont purement cités car ce sont deux utilisés par mon interlocuteur.

bannière tritri

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 comments

  1. Emma June a écrit:

    J’aurais réagi exactement comme toi!
    Je pense qu’on est en droit d’attendre un certain comportement de la part du corps enseignants (comme eux attendent un comportement acceptable de nos enfants et des parents).
    Quand on met son enfant à l’école (et encore + en maternelle), on le confie et donc, on aime le savoir bien et en sécurité (psychique et physique) au moins du côté des adultes « responsables ». Bref, oui pour respecter les maîtresses et leur autorité mais non pour tout accepter, tout comme Elle ne supporterait de s’entendre dire « ça ne va pas la tête »….

  2. Marie a écrit:

    En tant qu’instit je dirais qu il est très dur d’évaluer la situation sans l’avoir vécue, et que le ressenti d’un enfant peut être différent de la realite. Être maîtresse en maternelle c’est très éprouvant, fatiguant, et riche. Si un fait une bêtise, 10 la referont ensuite. Et quand on en a 29 des fois, avec des élèves « particuliers » (Pb comportement, handicap, autisme…), et ben même si c notre métier on est humain. Chacun enseigne avec sa personnalité. Je ne pense pas avoir répondu, mais c plus compliqué que ce qu’on imagine.

Laisser un commentaire